A découvrir [n°32]
   
 
 
 
Accueil du site > ECHELLES :: NUMERO 32 > A découvrir [n°32] > Le portrait de Nelson Laclair, soldat américain en France

A découvrir

Le portrait de Nelson Laclair, soldat américain en France

Par Franck L’hospitalier : Professeur Collège Charles Péguy, Verneuil L’Etang

lundi 20 juillet 2015, par Franck L’HOSPITALIER

En 2011, Thierry Maquet, passionné éclairé de la Première Guerre mondiale, fait « sa » découverte : la dog tag d’un soldat américain. Parti à la recherche de celui-ci, il considère a priori qu’il est décédé sur le champ de bataille de Verdun puisque sa dog tag est ici. En fait, il apprend que celui-ci ne fut pas tué au combat. Sur Internet, il découvre que Nelson Laclair fut le fondateur à son retour aux États-Unis de l’ « American Legion », une association d’anciens combattants à Penacook, sa communauté villageoise.

 <span style="text-decoration:underline;">La vie de soldat de Nelson Laclair</span>

Elle ne débute pas avec l’entrée en guerre des Etats-Unis, en 1917. Nelson Laclair s’engage d’abord dans la guerre au Mexique que mènent les Etats-Unis contre Pancho Villa.
Puis, son second engagement dans le conflit mondial correspond à une envie de voir du pays. Pas n’importe lequel : la France. Pourquoi ? Nelson Laclair parle français, comme les trois-quarts des habitants de Penacook, village indien. Il est un « french canadian ». Nelson Laclair sert sur le front, à Verdun comme ambulancier. Lors d’un bombardement, dans une zone de combat, il est étourdit, blessé. C’est ici qu’il perd sa « dog tag » que Thierry Maquet retrouve 93 ans après.

 <span style="text-decoration:underline;">Nelson Laclair après la guerre</span>

Nelson Laclair profite de son engagement militaire pour découvrir la France après l’armistice. A son retour aux Etats-Unis, il crée le poste 31 de l’American Legion à Penacook. Il s’agit d’un lieu communautaire en mémoire des soldats qui ont servi les Etats-Unis depuis la Première Guerre mondiale. Aujourd’hui encore, on y côtoie tous les habitants autour d’une bonne bière.

 <span style="text-decoration:underline;">Le contexte historique</span>

Dès le début de la guerre, le 16 août 1914, le président Woodrow Wilson s’adresse au peuple américain pour promouvoir une attitude neutre, non partisane afin, d’abord, de ne pas diviser la population américaine, et enfin, d’être un éventuel recours.
Cependant, très rapidement, les Etats-Unis deviennent fournisseurs de matériel et prêteurs au profit de la Grande Bretagne et de la France quasi exclusivement puisque l’Allemagne est soumise au blocus. Pour autant, Wilson se déclare neutraliste lors de sa réélection le 7 novembre 1916.
C’est la guerre sous-marine « à outrance » allemande qui détermine le changement d’opinion parce qu’elle remet en question la liberté de navigation dans l’Atlantique. Le torpillage du Viligentia le 19 mars 1917 provoque l’entrée en guerre des Etats-Unis. Wilson se déclare résolu et l’opinion publique lui est désormais acquise.
L’intervention américaine rompt l’équilibre des forces européennes parce que la mobilisation est totale, désormais supérieure à celle des forces des puissances centrales. Cependant, elle ne fait que contrebalancer la défection des Russes.
D’un côté comme de l’autre de l’océan, on fonde beaucoup d’espoir et on conçoit de grands projets pour le corps d’armée expéditionnaire en Europe envoyé par l’Administration Wilson. Mieux connu sous le nom d’American Expeditionary Force, l’AEF n’est pas au point. Le manque cruel de militaires professionnels dans l’armée n’est que la première d’une longue série de difficultés. Par ailleurs, les soldats américains n’ont pour ainsi dire aucune expérience de la guerre des tranchées. C’est pourquoi les premiers soldats n’arrivent qu’à la fin de 1917 (144 000). On en comptera un peu plus de deux millions lors de l’armistice du 11 novembre et 49 000 tués au combat. Selon André Kaspi, « sans le concours de l’armée américaine, la France en particulier, l’Entente en général n’auraient pas pu remporter la victoire sur l’Allemagne. Les Etats-Unis ont joué un rôle décisif dans quatre domaines (…). Le corps expéditionnaire, malgré l’inexpérience des Etats-majors, a joué un rôle essentiel. » (dans Jean-Baptiste Duroselle, La Grande Guerre des Français, collection Tempus, Perrin, 2003).

 <span style="text-decoration:underline;">DANS LES PROGRAMMES</span>

Au collège, classe de Troisième
II - GUERRES MONDIALES ET REGIMES TOTALITAIRES (1914-1945)
Thème 1 - LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : VERS UNE GUERRE TOTALE (1914-1918)

Au lycée
- En premières ES et L, dans la partie "Questions pour comprendre le XXe siècle du programme" le second thème est consacré à cette réflexion (Thème 2 – La guerre au XXe siècle).Retour ligne manuel
- En première S, dans la partie "Questions pour comprendre le XXe siècle", le thème 2 est en partie consacré à cette réflexion (Thème 2 – La guerre et les régimes totalitaires / La Première Guerre mondiale – L’expérience combattante dans une guerre totale).Retour ligne manuel
- En premières STMG et STSS, le thème 2 (Guerre et paix 1914-1945) est consacré à la question.

 <span style="text-decoration:underline;">RESSOURCES PÉDAGOGIQUES </span>

Un exemple de biographie de soldat américain : Hugh C. Hulse, Mémoires de guerre d’un soldat américain 1918-1919, Le bon endroit, L’Harmattan, 2008, Paris.

Sur l’intervention américaine :
André Kaspi, « Les États-Unis à la fin de la Grande Guerre », in Historiens et Géographes, n° 364, Octobre-novembre 1998.

André Kaspi, Le temps des Américains. Le concours américain à la France (1917-1919), Publications de la Sorbonne, 1995.

Yves-Henry Nouailhat, Les Américains à Nantes et à Saint-Nazaire (1917-1919), Annales Littéraires de l’Université de Nantes, Les Belles lettres, 1972.

Joël Mangin, Les Américains en France (1917-1919), La Fayette nous voici !
Alan Sutton, Collection « Evocations », Saint-Cyr-sur-Loire, 2006, 160 p. compte-rendu de Dominique Chathuant dans la Cliothèque. http://clio-cr.clionautes.org/spip.php?article1172

Jennifer Keene, Doughboys, the Great War, and the remaking of America, Baltimore : Johns Hopkins University Press, 2001.

Marie Beauchamp. 2007. « La participation des Etats-Unis à la Première Guerre mondiale ».
La Clé des Langues (Lyon : ENS LYON/DGESCO). Mis à jour le 12 juin 2009.
http://cle.ens-lyon.fr/anglais/la-participation-des-etats-unis-a-la-premiere-guerre-mondiale-20409

Extrait :
Discours de Wilson devant le Sénat américain - L’intervention américaine à travers un discours fondateur. Extrait sélectionné et commenté par Marie Beauchamp, tiré de The Messages and Papers of Woodrow Wilson (Vol. I & II). Introduction de Albert Shaw. New York : George H. Doran, 1924
http://cle.ens-lyon.fr/anglais/extrait-discours-de-wilson-devant-le-senat-americain-26417.kjsp?RH=CDL_ANG100105

Carl Pépin, Une institution essentielle et problématique : l’importance de l’American Expeditionary Force dans l’élaboration de la politique étrangère des États-Unis pendant la Grande Guerre (1917-1918), Guerres mondiales et conflits contemporains, 2010. http://carlpepin.com

Iconographie :
ECPAD : Photographies de soldats américains : l’arrivée des troupes américaines à Saint-Nazaire : http://www.ecpad.fr/larrivee-des-troupes-americaines-a-saint-nazaire
Un exemple d’œuvre artistique pour l’histoire des arts :
http://www.histoire-image.org/site/oeuvre/analyse.php?i=459
Jalons pour l’histoire du temps présent : "l’entrée en guerre des Américains en 1917 et leurs premiers engagements militaires en 1918". Résumé : les Etats-Unis entrent en guerre le 5 avril 1917 : acclamées lors de leur départ à New-York, les premières troupes américaines débarquent à Bordeaux. Après plusieurs mois d’entraînement, les soldats américains participent à leurs premières batailles.
http://www.ina.fr/fresques/jalons/fiche-media/InaEdu04521/l-entree-en-guerre-des-americains-en-1917-et-leur-premiers-engagements-militaires-en-1918.html

Franck L’hospitalier, professeur au collège Charles Péguy de Verneuil l’étang (77)